Partenaires

La saison musicale d'Hérouville - S.M.H

Dès 2013, les collaborations et les échanges ont débuté entre le S.M.H et MEP. Fructueuses et passionnantes, elles ont fait se rencontrer amateurs et professionnels au gré des spectacles et des résidences.

 

Il est essentiel que les élèves de MEP s'enrichissent en découvrant les événements culturels du territoire. Le S.M.H participe pleinement à ce projet.

 

Le S.M.H offre le tarif réduit sur toute la saison musicale aux porteurs de la carte d'adhérents MEP.

 

https://www.saisonmusicale.fr

5, esplanade François Rabelais  - 14200 Hérouville-St-Clair

bureau SMH 09 51 09 70 49 / réservations 02 31 46 27 29

Télécharger
Saison SMH 2018.pdf
Document Adobe Acrobat 5.5 MB

AB sextet en répétition avant le concert au théâtre d'Hérouville Saint-Clair, avec la classe de cuivres de l'école de musique d'Hérouville et celle de percussions pour MEP.


L'actu de la SMH

Notre présentation de Saison aura lieu jeudi 27 septembre à 19h30 à l'auditorium du conservatoire d'Hérouville, suivi du concert Sonates Violoncelle / Piano avec Benoit Leblond  / Violoncelle et Arnaud Le Chevalier / piano autour de la sonate en La mineur "Arpeggione " Schubert et la sonate en Mi mineur opus 36 de Grieg.

En introduction au concert, une conférence autour de ces deux sonates  aura lieu à  18 h 30 à l'auditorium présenté par Arnaud Le Chevalier - Entrée libre. - La SMH.

Sonate en La mineur "Arpeggione"

D. 821 l Franz Schubert

Sonate en La mineur opus 36 l Edvard Grieg

 

En1823, un luthier viennois (Staufer) met au point un instrument hybride : l’arpeggione. En forme de violoncelle mais dérivée de la viole de gambe et inspirée par la guitare.

 

Par chance, le luthier s’est adressé à Schubert pour promouvoir son invention. L’instrument étant incommode à jouer, sa durée vie musicale a été de 10 ans, mais par cette œuvre de grâce et d’intimité en lamineur, Schubert l’a adoubée pour toujours, pour le plus grand bonheur des mélomanes et des violoncellistes. En trois mouvement, elle respecte le schéma conventionnel de la sonate. Il s’agissait de promouvoir l’instrument à cordes et par ailleurs, cet instrument n’avait pas la puissance sonore du violoncelle.

 

Cette question d’équilibre de s’est pas posée pour

Edvard Grieg lorsqu’il décide, 58 ans plus tard,fin 1882, d’écrire une sonate pour piano et violoncelle. Comme celle de Schubert, elle est en la mineur, en trois mouvement. Il ne s’agit pas d’une mélodie accompagnée,mais d’un réel dialogue de plus en plus passionné, presque érotique, entre les deux instruments.Le finalerejoint celui de Schubert, du côté des danses populaires.